GALERIE BERNARD BOUCHE
JEAN DEGOTTEX
Jean Degottex  Ligne-Report-Noir, 15/02/1981. Acrylique sur toile, 290 x 205 cm

Jean Degottex  Ligne-Report-Noir, 15/02/1981. Acrylique sur toile, 290 x 205 cm

La galerie a le plaisir de présenter une exposition avec des œuvres majeures de Jean Degottex. Pour cette exposition, nous avons choisi de ne monter qu'une période, celle des « lignes-report ».   Degottex commence dès 1955 à se détacher de l'abstraction lyrique dont il était l'une des grandes figures. Il abandonne peu à peu la couleur et s'intéresse au signe, à l'écriture, écriture qui n'existe que par le geste fondé sur une profonde méditation, à la recherche du vide, notion qu'il semble avoir découverte dans la doctrine zen. Peu à peu, l'écriture disparaît et fait place à la ligne et au trait en quête de plus de dépouillement, du geste absolu. Il résume l'action du peintre qui décharge la peinture sur la toile jusqu'à son épuisement. Toile, pinceau, peinture, geste, tout est là mis à nu.  Dès lors, Degottex n'aura de cesse d'expérimenter de nouveaux procédés. À l'action de peindre vient se substituer celles de déchirer, entailler, découper, tresser, plier... Degottex renonce au pinceau pour des outils plus incisifs tels que le cutter ou le tournevis et la brique pour frotter la toile de lin à l'envers, utilisant le verso d'une toile longtemps réduite à son seul recto. Dans la série des "lignes-report", par un système de pliage et d'encollage complexe, les répartitions de la peinture noire et de la colle de peau varient, produisant différentes valeurs de noir et divers effets de matières. Matité, opacité, brillance, le noir n’y est jamais uniforme. Les toiles sont striées de lignes horizontales tracées à l’aide d’un tournevis plat qui vient griffer la matière. Ces lignes découvrent le lin dont elles révèlent la trame. Degottex travaillant sur des toiles préalablement pliées, les lignes se reportent automatiquement d’un volet à l’autre de la toile. Profondément gravées sur un pan de toile, elles rejaillissent en surface sur d’autres pans, donnant à voir une diversité de textures. Derrière l’apparente simplicité des lignes horizontales, un jeu subtil de report de matières et d’empreintes par estampage anime ainsi toute la surface du tableau.