GALERIE BERNARD BOUCHE
BERNHARD RÜDIGER

Bernhard Rüdiger  Atlas pour La maison de l'humaniste. 2016. 215 x 230 cm

Bernhard Rüdiger  Atlas pour La maison de l'humaniste. 2016. 215 x 230 cm

La galerie a le plaisir de proposer du 21 mai au 9 juillet une exposition d'œuvres récentes de Bernhard Rüdiger.

Bernhard Rüdiger est diplômé de l'Accademia di Belle Arti di Brera à Milan où il a suivi l'enseignement de Luciano Fabro. À ses débuts en Italie, il travaille à La Casa degli artisti de Milan, un centre de recherche artistique fondée en 1981 par Luciano Fabro, Jole de Sanna et Hidetoshi Nagasawa. De 1989 à 1993, il apporte une contribution décisive à des collaborations entre artistes tels que Liliana Moro, Adriano Trovato ou Mario Airò, connus aussi pour la réalisation de projets expérimentaux collectifs, ils fondent avec d'autres la revue Tiracorrendo et la galerie d'artistes Lo Spazio di Via Lazzaro Palazzi.

Il vit et travaille aujourd'hui à Paris, enseigne à l'ENSBA de Lyon où il dirige l'unité de recherche du CEHTA-EHESS à Paris depuis 2004. Son travail sur l’espace, le son, l’expérience physique et perceptive du corps se nourrit d’une réflexion théorique sur le réel de l’œuvre et de sa responsabilité historique. Il questionne, à travers un parallèle entre l’enseignement, ses écrits et ses productions plastiques, les fondements de la notion de forme, et, plus largement, son rapport à la société et à l’histoire contemporaine.

En assemblant douze œuvres produites au cours des vingt dernières années, Bernhard Rüdiger crée un atlas visuel des objets, inspiré par Atlas Mnémosyne de l'historien Aby Warburg. Chaque objet est indépendant, mais en quelque sorte interagit avec les autres composants de l'atlas, en fournissant de nouvelles relations intellectuelles. L'Atlas exposé dans l'exposition en cours représente les réflexions théoriques de l'artiste sur la spatialité, l'équilibre, la logique ; ses inspirations de l'architecture et du paysage d'Hiroshima, résultant d'une gamme des images et des objets-antennes mettant en question l'idée de la tension électrique et l'échange à travers l'Atlas.

Ses œuvres ont été montrées dans de nombreuses expositions, tant en France qu'à l'étranger parmi lesquelles les expositions du CCC de Tours (1996), des Abattoirs de Toulouse (1997), le centre d'art La Galerie de Noisy-le-Sec (1999), le Musée d'art contemporain de Bologne (1999), le Château des Adhémar centre d'art contemporain de Montélimar (2006). Il a été convié à des expositions collectives au Museum Moderner Kunst de Vienne (1991), au Magasin de Grenoble (1992), au Musée d'art contemporain de Caracas, de Bogota, de Buenos Aires (1992) à la Biennale de Venise (1993, 1999, 2011), au PS1 de New-York (1999), au Museo d'arte Moderna de Bologna (1999), au Palais des Beaux-arts de Lille (2006), à la Quadriennale de Rome Palazzo delle Esposizioni (1996, 2008), à l'Ostrale de Dresde (2013), Villa Arson à Nice en 2015, ainsi qu'une exposition personnelle au FRAC Montpellier en 2015.