GALERIE BERNARD BOUCHE
MARC TRIVIER
Marc Trivier, Jaak Valley Mt 2012. Tirage sur papier baryté, 2012.

Marc Trivier, Jaak Valley Mt 2012. Tirage sur papier baryté, 2012.
Marc Trivier est né en Belgique en 1960. Il commence la photographie dés la fin des années 70 en parcourant le monde pour réaliser les portraits des artistes et écrivains qu’il admire. Ce jeune inconnu qui frôle les vingt ans va ainsi rencontrer Francis Bacon, Andy Warhol, Samuel Beckett, Emile Cioran, Thomas Bernhard, Jorge-Luis Borges, John Cage, Michel Foucault ou Jean Genet. À la fin des années 80, son œuvre est unanimement reconnue et il reçoit le prestigieux prix Young Photographer Award en 1988. Reconnu mais discret, il a fait le choix d’une vie en marge du monde de l’art. Il produit à son rythme et expose peu. Voici quelques exemples : Palais de Tokyo Paris en 1988 et Musée de l’Elysée Lausanne 1988, C.R.P Douchy les Mines 2002, Casino Luxembourg 2002, Maison Européenne de la photographie Paris 2011.

Selon Jean-Christophe Bailly, les suites de l'artiste (entre quatre et huit images), obtenues sur le vieil appareil qu'est le Kodak Box, "ont un effet immédiat et étrange, qui se situe entre la répétition et la narration". Ici, il n'est pas tant question de réussir une photographie que d'être dans "la quête de l'instant décisif". Jean-Christophe Bailly evoque alors la dilatation du temps comme "une sorte de coulée temporelle". Il explique alors ceci: "on les aperçoit comme de brèves séquences ayant eu lieu dans l'inconnu et y demeurant toujours."